Notre priorité: que la Villa Cassiopée soit VOTRE villa dans une île grecque

Posted | 0 comments


Notre priorité : que la Villa Cassiopée soit VOTRE villa dans une île grecque

Je sais par expérience, puisqu’il m’arrive régulièrement de louer une villa pour mes vacances, que toute réservation d’une location sur Internet plonge celui qui a pris la responsabilité du choix final dans une certaine inquiétude : les photos sont jolies, la description correspond à ce que je cherche, les propriétaires semblent sympathiques et civilisés, mais que vais-je réellement trouver sur place ?

Il est vrai que lorsque nous choisissons de passer nos vacances à l’hôtel, nous savons qu’en fonction de la catégorie et du nombre d’étoiles, nous pouvons attendre un certain équipement, comme du savon, un mini-bar, un sèche-cheveux, voire un luxe certain, sels de bain, robe de chambre moelleuse ou panier de fruits . En règle générale, il y a donc peu de mauvaises surprises.

Il n’en va pas de même avec les locations de vacances, puisqu’aucun système de notation de référence internationale n’est appliqué. Seules les critiques positives ou négatives de nos locataires, publiées sur les grands sites de locations de vacances, peuvent relativement éclairer les futurs candidats.

Mais ne nous leurrons pas, chacun, une fois sur place, se fera sa propre opinion, selon ses propres critères. Satisfaire nos clients est donc un combat permanent et nous ne pouvons nous reposer sur les lauriers d’une critique positive.

Lorsqu’un propriétaire décide de mettre son bien en location, il se pose évidemment certaines questions : quelle clientèle viser ? Quel confort et quels services proposer ? Comment rester compétitifs tout en offrant le meilleur séjour possible à nos hôtes ? Nous devons faire certains choix quant l’aménagement de notre bien et l’encadrement que nos hôtes trouveront une fois sur place, dans un pays dont ils ne parlent souvent pas la langue.

Pour la villa Cassiopée, une priorité s’est immédiatement imposée à moi: je voulais que mes hôtes se sentent chez eux, qu’ils aient l’impression pendant la durée de leur séjour de passer des vacances chez des amis ou mieux encore, dans leur propriété sur une île grecque.

J’ai réfléchi aux villas qui m’avaient laissé un souvenir particulier au fil de mes voyages. Celles qui se détachaient du lot étaient ce que j’appelle de « vraies » maisons : livres dans les bibliothèques, nappes dans les tiroirs, CD et DVD ou jeux de société à la disposition de mes enfants. Les maisons, même luxueuses, mais qui semblaient vidées de leur contenu « vivant » et chaleureux, ne me procuraient pas le même plaisir.

Je pense toujours avec émotion à cette belle maison de famille en Sicile, où nous avions été accueillis si chaleureusement. Le frigo contenait tous les ingrédients pour préparer un dîner rapide (nous étions arrivés tard avec des enfants en bas âge). De jolies nappes étaient à notre disposition et non une triste toile cirée (bien plus pratique pour nombre de propriétaires), de jolis draps et non de la simple lingerie d’hôtel, une cuisine totalement équipée où le plus exigeant des cordon-bleu aurait trouvé son bonheur. Je percevais tous ces détails comme une marque de confiance à mon égard et j’en étais touchée.

De plus, Valerio, l’adorable propriétaire, nous avait accueillis avec des canoli, petites pâtisseries siciliennes et avait organisé au mieux notre séjour, avec sympathie et discrétion.

Par contre, la villa du 19ème siècle de la sierra madrilène, rénovée avec caractère et très joliment décorée, m’avait déçue : cuisine trop basique pour une famille (ne pas trouver de passoire lorsqu’on vient de cuire des pâtes est extrêmement énervant), une machine à laver, mais pas de fer à repasser et plus ennuyeux encore  dans un pays ensoleillé, un mobilier extérieur très inconfortable et insuffisant. Les propriétaires étaient absents (ce que je peux comprendre), mais ne nous avaient signalé aucune personne de référence à contacter en cas de problème.

J’évoque ici des cas extrêmes, mais qui illustrent bien ce que je veux et ce que je ne veux pas proposer aux personnes qui me font le plaisir de choisir ma villa parmi tant d’autres.