Skiathos-ville : en dehors des sentiers battus…

Posted | 0 comments


Skiathos-ville : en dehors des sentiers battus…
Si vous souhaitez garder de Skiathos un autre souvenir que celui d’un Saint-Tropez grec, je vous conseille d’abandonner au plus vite les endroits dont je viens de vous parler. Lorsque vous arrivez au bout du vieux port, juste avant le marché aux poissons, vous verrez des escaliers. Empruntez-les. Frayez-vous un chemin au milieu des gens qui sirotent leur cocktail, affalés sur des cousins, dirigez-vous vers la petite place de l’Eglise des Tris Ierarches, l’ancienne cathédrale de l’île, et perdez-vous dans les ruelles.
 
Des petites maisons blanches et étroites aux toits de tuiles rouges, auxquelles s’accrochent des balcons en fer forgé souvent surmontés d’une pergola en châtaigner, pris d’assaut par des buissons de jasmin odorant ou de bougainvillées, se serrent à l’ombre des ruelles étroites et pentues, qui ne peuvent être gravies qu’à pied ou à mobylette. Les plus chanceuses bénéficient de mini-jardins ou de courettes envahies de géraniums ou de lauriers-roses.
 
Demandez le quartier de Plakes. La partie face à la mer, qui jouit d’une vue plongeante sur la petite plage en contrebas, est la plus jolie. Quelques marches et vous êtes au bord de la mer, limpide et calme. La foule est loin et vous êtes hors du temps. De belles maisons bordent la promenade. Elles sont, pour la plupart, très bien restaurées par des propriétaires étrangers ou par quelques familles de marins insulaires, qui, après avoir parcouru le monde, viennent jouir de leur retraite dans l’un des plus beaux endroits de leur île. Ces maisons ont leur jardinet de l’autre côté de la ruelle, presque suspendus au-dessus de la mer. Les propriétaires y ont construit de petites pergolas, sous lesquelles tiennent à peine une table et quelques chaises bancales. Dès le début de la belle saison, ils y mangent, y boivent l’apéritif et y poussent la chansonnette, les larmes aux yeux, invitant parfois les passants chanceux à partager leur repas (voir « Une belle rencontre »).
 
Promenez-vous jusqu’au bout la petite péninsule, sur le petit chemin qui serpente parmi les pins, les arbres de Judée et les rochers parfois escarpés. Loin du brouhaha de la foule, vous n’y entendrez que le clapotis de la mer et le chant des cigales…
Une belle façon de terminer cette promenade est de grimper jusqu’à l’église d’Aghios Fanourios, d’où vous jouirez d’une vue magnifique sur la ville et ses environs.