Skiathos : A la recherche d’un bain de foule ou de quelques célébrités…

Posted | 0 comments


Comme beaucoup de touristes, vous avez sans doute choisi la haute saison et voici que se pose à vous un premier problème. Comme TOUTES les personnes ayant loué une voiture dans TOUTES les îles grecques en plein été, vous ne savez pas où garer ce satané véhicule. A Skiathos, il existe un parking municipal, assez chaotique et artisanal (terre battue, emplacements fantaisistes, pas de marcage au sol). Il se trouve à l’entrée de la ville : un peu après le supermarché Astéras, sur votre gauche (juste avant le parking privé payant), une petite route légèrement en pente vous y mènera. Plus vous allez tôt, plus vous avez de chance d’y trouver une place. Plus vous allez récupérer votre voiture tard, moins vous avez de risques d’être bloqué par une autre voiture dont le propriétaire n’a évidemment pas laissé ses coordonnées… Si tout ceci vous effraie, n’oubliez pas que vous avez toujours la possibilité de prendre un bus (l’arrêt proche de notre villa Cassiopée est le Nro. 16) ou un taxi.
Voilà, votre véhicule est garé, vous pouvez donc « attaquer » la ville, mot un peu prétentieux puisque celle-ci ne compte qu’environ 5000 habitants en hiver (près de 80.000 au plus fort du mois d’août…), mais puisqu’il s’agit de la seule agglomération habitée de l’île, elle mérite ce nom.

La ville de Skiathos est construite en amphithéâtre autour d’une baie bien abritée, au sud-est de l’île. Face au port, dans l’autre partie de la baie, se trouve la presqu’île de Punta : de petites collines couvertes de pins et d’oliviers, parsemées de villas blanches à demi-cachées dans la végétation, accessible par la route qui traverse les chantiers navals.
De jolies bâtisses anciennes, murs blancs, toits rouges, volets bleus, qui appartenaient généralement à des marins plus fortunés, bordent le port. La plupart ont été restaurées et sont joliment illuminées le soir.

La foule des touristes circule principalement sur deux axes : le port et la rue Papadiamantis, perpendiculaire à celui-ci. Sur ces deux axes pullulent restaurants, boutiques, bars et discothèques.

Le port est divisé en deux parties par la petite péninsule du Bourtzi, au sommet de laquelle subsistent encore quelques ruines du château construit par les frères Ghizi à l’époque vénitienne. Le Bourtzi est un endroit très agréable et vaut une petite balade parmi les pins majestueux et odorants qui bordent l’allée pavée menant au sommet. Le soir, la vue sur la ville illuminée, les tavernes du vieux port et les bateaux y est très belle. Le Bourtzi est un havre de paix romantique où les couples de jeunes amoureux adorent se bécoter sur les bancs publics. .. Au sommet, au bout de l’allée pavée, vous trouverez un bar avec une grande terrasse, où je vous conseille d’aller boire un apéritif avant d’aller dîner. Derrière le bar, une ancienne école primaire reconvertie en centre culturel propose des représentations théâtrales ou des concerts pendant tout l’été. Redescendez par l’allée qui se trouve à l’arrière : elle est bordée de cactus impressionnants.

A droite du Bourtzi (la mer face à vous), paresse le vieux port, avec ses tavernes traditionnelles, ses pizzerias, ses cafétérias. Plusieurs sont des pièges à touristes, certaines valent le détour (voir « où manger à Skiathos »). Le vieux port a gardé un charme pittoresque grâce aux barques de pêcheurs multicolores, nommées « Matoula », « Dimitris » ou « Maria » et qui se balancent doucement le long du quai, sur des eaux totalement cristallines. Les voitures ne peuvent pas y circuler et les terrasses longent directement la promenade maritime.

A quelques encablures du Bourtzi et du quai d’où partent les Flying Cats viennent chaque été mouiller des yachts impressionnants sous les yeux ébahis de Monsieur Tout le Monde. La rumeur va bon train et les noms de célébrités circulent, à tort ou à raison… Chaque année, acteurs américains, vedettes de la chanson ou de la télévision grecque, armateurs ou un certain présentateur de la télévision française d’origine grecque, dont les photos ornent les restaurants qui ont eu l’honneur d’une brève visite, viennent alimenter la presse people locale.
Après le Bourtzi et le port commercial, vous longerez la marina où alternent yachts privés, voiliers et bateaux de location pour arriver à la partie « Vie Nocturne » de l’île : quelques jolis restaurants (dont certains sont très bons : voir où manger à Skiathos ), puis les discothèques et bars branchés, qui commencent à vivre après minuit et où se presse une foule hétéroclite jusqu’aux petites heures du matin.

La rue Papadiamantis traverse la ville perpendiculairement à la mer et aboutit en face du port commercial. C’est là que se trouvent la plupart des magasins de souvenir (allez, un petit coup de pouce à un magasin qui me plaît « Efimeris », Papadiamantis, 39), des boutiques de vêtements, des marques imitées (beaucoup) ou authentiques (peu) et quelques restaurants, dont les tables s’intercalent pratiquement au milieu de la procession incessante de touristes qui arpentent la rue Papadiamantis jusqu’à l’heure de la fermeture des boutiques (environ minuit en été). Si une envie soudaine de culture vous prend, suivez les indications Papadiamantis Museum. Qui est Alexandre Papadiamantis ? Visitez notre page speciale